balayeur et vide de toi

Publié le par angel

Rouge_on_Mag_and_Mug_by_chiseren.jpg
 

Le lieu est vide de sa présence
Lunatique devient mon humeur
De l’heure
Plus de jouissance…
Que celle-ci rendait dans l’aisance.
 
Les gens s’observent,
Les sourires sont froissés
Nos passages sont balayes ;
Nos minutes deviennent des secondes
Puis on tourne les talons
Pour sortir.
 
Les splendeurs sont devenu laideur !
La joie serait presque une frayeur
Dans cette histoire ou tu étais
Encore tes marques sentent ton odeur.
 
Le manque met une boule à la gorge
L’endroit si clair devient éphémère,
L’horloge c’est arrêté à ton départ
Et moi je reste seule à pleurer dans se bar !
 

Publié dans hommage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
c'est vrai que les lieux ont une veritable magie....parfois noirebesos mon angetilk
Répondre
C
Hou j’aime ce poème-là. Une autre facette de la Saint Valentin. Un cri. Une déchirure. « L’horloge s’est arrêté ».Belle adéquation de l’image et du texte. Triste, oui, mais si beau.:)CavalierPs : Merci pour ta réponse. Le poème "So angel" s’envolera le 6 février sur Acteplume chez Cath, mon amie de plume,   http://textescourts.over-blog.com
Répondre
L
Coucou, un ptit bisous en passage par ici, ca date... tes poemes sont toujours aussi fascinantes... J'en pas beaucoup du temps denierement, mais je passerai des que possible.Gros poutou:pLidia
Répondre
M
Quand je manque de lui et que le vide s'installe pour moi ce sont les secondes qui deviennent des minutes, et peut être bien des heures.
Répondre
J
Superbe textesur l'absence, sur le manque d'un être cher disparusur un deuil douloureux qui n'arrive pas à se faire, mais s'il te-plait, n'aie pas peur de la joie, ne la redoute pas, ne la crains pas, tu y as parfaitement droit, Angel, sans avoir à te culpabiliser,tu mérites bien le bonheur.Bisous
Répondre